×
Votre panier est vide
Les crises sont le reflet d’un besoin affectif inassouvi
17 février 2017 Sandra Lacombe

Les crises sont le reflet d’un besoin affectif inassouvi

Publié dans Gestion des émotions

On réalise trop peu que les crises de nos enfants, petits et grands, sont un appel à l’aide. C’est comme si leurs comportements nous disaient :

Aide-moi, je t’en pris. Je ne sais plus comment me comporter. Je veux me faire du mal et faire du mal aux autres pour vous le faire comprendre. Je n’aime pas me sentir ainsi. Retiens-moi.

Il est assez difficile d’entendre ce message quand on se trouve face à un enfant qui est hors de lui, qui crie, nous frappe, se drogue ou se met à boire. Les éléments nous dépassent. Et pourtant, ce désespoir qui gît sous ce comportement est bien réel. Ce n’est que lorsque nous acceptons que les crises sont le reflet d’un besoin affectif inassouvi que nous arrivons à aider véritablement nos enfants. Je sais, c’est effrayant.

Nos enfants ne sont pas de mauvais enfants nécessitant d’être corrigés avec l’utilisation de punitions. Ce sont, en fait, de bons enfants expérimentant de difficiles émotions et ne parvenant pas à les exprimer correctement. Tant et aussi longtemps que les eaux profondes de l’océan ne se seront pas calmées, les vagues seront toujours plus grandes et fortes. Ce que l’on constate chez nos enfants n’est qu’une réaction en chaîne d’un trouble qui se cache dans l’abysse de leur âme. Les crises ne sont pas un problème en soi, c’est ce qui déclenche les crises aux fins fonds de l’océan qui est le réel générateur des émotions. Donc, en punissant, criant et contrôlant nous n’arriverons jamais à rien sauf faire grandir le mal intérieur. On peut bien contenir une vague en construisant des digues sur la rive, mais les vagues viendront toujours. Ce qu’il faut, c’est enseigner à gérer les émotions, les comprendre et les exprimer de manière adéquate. Et, ça, ça prend du temps, de la répétition et de la patience. Il faut enseigner au quotidien, même si leur attitude ne semble pas menaçante. Ces enseignements seront entreposés profondément en eux et y resteront pour toujours les aidant ainsi à contenir leurs vagues d’émotion.


  1. Régulièrement, connectez-vous profondément à votre enfant dans le calme et cherchez à comprendre leur niveau de maturité. On se fie trop souvent aux exemples de maturité inscrit dans les livres et qui nous font croire que notre enfant est à ce stade. Nos enfants ne sont pas des éléments robotisés qui atteignent un certain stade du développement à une date fixe. Vous pouvez avoir un enfant qui est plus mature sur le plan de la motricité et qui démontre moins de maturité sur le plan émotionnel. Ce n’est ni bon ni mauvais! Ce n’est que le développement naturel de chaque individu.
  2. Cessez de supposer qu’ils comprennent. Observez et ajustez vos enseignements à son niveau de maturité. Chaque enfant est différent. Certains auront besoin de plus d’attention que d’autres. Certains se comportent mieux avec une discipline positive, tandis que d’autres ont besoin davantage de guidance et de limites. Certains désirent que l’on nourrisse leurs émotions constamment. Ajustez-vous à eux. Ce ne sont pas eux qui doivent s’ajuster à nous. N’espérez pas qu’ils soient comme tous les autres.
  3. Si vous n’arrivez pas à identifier leur niveau de maturité pour chaque élément, vous ne pourrez les aider là où ils en ont besoin. Vous les traiterez selon ce qui devrait être et selon ce que les autres sont. Vous ferez inutilement des efforts et ils seront inappropriés.

Si l’enfant agit inadéquatement par manque de jugement dû à son manque de maturité, vous saurez opérer différemment. Vous enseignerez plutôt que de punir. Votre propre jugement se placera au bon endroit. Au lieu d’adopter un modèle d’éducation basé sur la discipline, vous adopterez le rôle de l’enseignant. Votre rigidité fera place à la compréhension et vous serez concerné par les besoins de votre enfant plutôt que consterné.

Comments (0)

Laisser un commentaire

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE POUR DEVENIR CE QUE VOUS VOULEZ

VISITEZ MOI ULTIME!