×
Votre panier est vide
Dire non efficacement
26 décembre 2016 Sandra Lacombe

Dire non efficacement

Publié dans Coopération & consignes

Admettons-le, se faire dire non est désagréable. Mais pourquoi ce simple mot nous fait-il frissonner à ce point?

Bien que rendu à l’âge adulte, ce mot fait toujours resurgir des émotions du passé. Certains diront devenir colériques, frustrés, irrités, rancuniers ou même intolérants. D’autres diront devenir embarrassés, déconcertés ou bien étonnés. Il est possible que vous soyez même de ceux qui se lancent dans un combat épique du genre : « j’aurai le dernier mot! »? Il y a fort à parier que vous avez eu à négocier avec des méthodes parentales punitives ou qui vous dérobaient de toute liberté d’expression.

Aujourd’hui, en raison de nos expériences de vie et de nos stigmates, nous transmettons à nos enfants la même énergie que celle qui nous habite. Il est donc indispensable de bien cerner ce qui nous trouble et les maîtriser rapidement afin de corriger ce qui fait défaut.

Comme dans plusieurs aspects du développement émotionnel de nos enfants, si nous désirons qu’il soit capable d’organiser sainement ses émotions, nous devons être à l’aise avec les nôtres. Si l’incertitude s’installe, la bataille débute!

Pour que le non soit efficace tout en respectant l’individualité de l’enfant, Dre Shefali Tsabary mentionne dans The Conscious Parent :

La manière dont non est dit ainsi que le contexte relationnel dans lequel il se produit jouent un rôle clé. Dit-on non dans un état de pleine conscience ? Est-il clair dans notre esprit qu’il est une réponse authentique au comportement de nos enfants et non une expression de nos propres problèmes ? Lorsque le non provient de notre état conscient, nous sommes en mesure de le dire sans culpabilité, mais aussi libre de toute insécurité et d’incohérence.


 Le non inefficace

Quoi de mieux que de regarder ce qui torture notre esprit pour arriver à déchiffrer l’explication de Dre Tsabary.

Il se peut que vous ne soyez pas en mesure de répondre non, parce que vous croyez que vous n’en avez pas le droit. Dans ce cas, vos parents ne vous ont pas appris à respecter votre individualité. Tant et aussi longtemps que vous ne vous accorderez pas le droit au respect, vous serez incapable de vous faire respecter par qui que ce soit. Vous aurez la fâcheuse habitude de plier sous la pression et la manipulation.

Au contraire, si vous utilisez la tyrannie pour vous faire entendre, vos parents vous ont sans doute dominé et fait taire votre voix intérieure. Si vous continuez, vous n’obtiendrez pas le respect, mais la soumission par la domination. Vos enfants risquent de se rebeller et de ne pas se sentir respectés. Il en résultera un vide intérieur ou un manque d’empathie envers les autres.


Maintenant, pratiquez-vous à dire non de façon ferme avec une attitude non menaçante. Si vous n’êtes pas convaincu, vos enfants utiliseront ce petit espace qui se sera créé entre votre insécurité et ce que vous dites pour vous manipuler et vous mettre de la pression. Pensez ce que vous dites et soyez fidèle à vos paroles.

Pour s’améliorer, il faut être capable de poser un regard extérieur. Toutefois, une mise en garde s’impose. Ne vous jugez pas, n’ayez pas honte et pardonnez-vous.

Comments (0)

Laisser un commentaire

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE POUR DEVENIR CE QUE VOUS VOULEZ

VISITEZ MOI ULTIME!