×
Votre panier est vide
12 outils indispensables à une vie consciente selon Leo Babauta
9 janvier 2017 Sandra Lacombe

12 outils indispensables à une vie consciente selon Leo Babauta

Publié dans Bonheur & vitalité

Cet article a été écrit par Leo Babauta célèbre blogueur du site zenhabits.net qui reçoit plus d’un million de visites par mois.

Traduction libre de 12 indispensable Mindful Living Tools

Pour être en mesure de vivre une parentalité consciente, il faut tout d’abord appliquer et comprendre l’approche qui nous dirige vers cet instant de grâce. Il est possible de créer un parallèle entre ce que décrit Leo Babauta et la parentalité consciente.


Mon objectif ces derniers mois a été de vivre de manière consciente. Et, bien que je ne me suis pas toujours souvenu de le faire, je prends la peine de partager certaines choses avec vous.

La première chose dont j’aimerais partager est de vous dire qu’une vie consciente en vaut la peine. Cette façon de vivre nous éveille de l’état de rêve dans lequel nous sommes le plus souvent submergés (avoir l’esprit vagabond, jamais vivre le moment présent, s’enfermer dans ses pensées, réfléchir à plus tard, agoniser sur les propos et les agissements des autres, entretenir le stresse ou la colère). Cet état d’esprit dans lequel nous nous perdons dans nos smartphones et les médiaux sociaux.

Elle vaut la peine, parce qu’être éveillé signifie que nous ne manquons pas la vie. Nous devenons conscients de ce qui se passe à l’intérieur de nous et nos décisions sont prises de manière plus consciente plutôt que d’agir sous l’impulsion.

La deuxième chose que j’ai constatée est que nous oublions. On oublie la plupart du temps d’être éveillé. C’est ainsi. Être conscient fait partie d’un processus d’oubli, puis se souvenir à nouveau. Tout comme la respiration est un processus d’expiration et d’inspiration.

La troisième chose que j’ai remarquée est que la vie consciente n’est pas  qu’une chose. Ce n’est pas comme la méditation où il faut réussir à se concentrer uniquement sur les sensations autour de nous. Je l’ai trouvé vivante,  liée à plusieurs outils et utile à plusieurs égards.

Je les partage dans cet article et j’espère que vous les considérerez à votre tour.


Pourquoi vous souciez de la pleine conscience

Pourquoi devriez-vous passer du temps à apprendre ces outils? Est-ce seulement pour viser un idéal de vie, obtenir la tranquillité ou une vie sans stress?

  • Il n’existe pas de vie sans stress. Par contre, ces outils vont certainement vous préparer à composer avec le stress qui apparaîtra inévitablement sur votre chemin.
  • De façon tout aussi importante, ils vous aideront à surmonter la peur de l’échec et la peur de l’inconfort qui vous tient prisonnier — ce qui vous empêche de faire des changements positifs pour vous dans votre vie.
  • Ces outils vous aideront à démarrer une entreprise, écrire un livre, mettre votre premier album de musique en ligne, trouver vos passions, devenir la personne que vous avez toujours voulu être.

Voilà, ce que j’ai trouvé! Je suis certain que vous trouverez ces outils tout aussi utiles.


 La boîte à outils

Cette liste, bien sûr, n’est pas complète. Elle est un mélange d’informations que j’ai apprises, et dont j’expérimente encore, qui m’ont été assez utiles pour vouloir les partager.

1. Méditation

La méditation est le point de départ d’une vie consciente. Ce n’est pas très compliqué contrairement à ce que l’on peut penser. Assoyez-vous, même une seule minute (graduellement, augmentez le temps selon vos capacités), et portez votre attention sur votre corps et votre respiration. Remarquez lorsque vos pensées se mettent à errer et revenez doucement à votre respiration. Répétez jusqu’à ce que la minute soit terminée.

2. Être éveillé

La méditation nous rapproche de l’état d’éveil et nous éloigne d’un état de rêve perpétuel (vos pensées compulsives, vous perdre dans l’univers web, réfléchir sur vos erreurs du passé, vous inquiétez de l’avenir, etc.). Vous restez éveillé dans le présent, de ce qui Est. Être éveillé est quelque chose que vous pouvez faire tout au long de la journée, tout le temps, si vous vous en souvenez!

3. Le souvenir est le truc

Quand j’ai arrêté de fumer en 2005, l’outil le plus utile a été d’observer mes envies de fumer. Je restais assis à remarquer la montée et la descente du désir de fumer jusqu’à ce qu’elle parte. Cette observation m’a appris que je n’étais pas mes pulsions, que je n’avais pas à réagir face à une pulsion, et c’est ainsi que je me suis aidé à changer toutes mes autres habitudes. Surveillez vos envies de vérifier le courrier électronique ou les médias sociaux, de manger quelque chose de sucré ou de frit, de boire de l’alcool, de regarder la télévision, d’être distrait, de tergiverser. Ces pulsions vont et viennent, et vous n’avez pas à leur répondre.

4. Regardez vos idéaux

Nous avons tous des idéaux. Nous voulons idéalement que notre journée se déroule parfaitement, que les gens soient gentils et respectueux envers nous, que nous soyons parfaits, que nous excellions lors d’un examen ou d’une réunion importante, que nous n’échouerons jamais. Bien sûr, nous savons par expérience que ces idéaux ne sont pas réels ni réalistes. Malgré tout, ils sont toujours là et ils provoquent chez nous le stress, nos craintes et de la douleur. En laissant aller nos idéaux, nous pouvons laisser aller notre souffrance.

5. Accepter les gens et la vie comme elles sont

Lorsque j’ai cessé de vouloir essayer de changer un être cher et de l’accepter pour ce qu’il est, j’ai pu être juste avec lui et profiter de mon temps avec lui. Cette pleine acceptation a le même effet pour ce que vous faites — accepter un collègue de travail, un enfant, un conjoint, mais aussi accepter une situation ou un sentiment désagréable, un bruit agaçant. Lorsque nous arrêtons d’essayer de lutter contre la façon dont les choses se concrétisent, lorsque nous acceptons ce qui Est, nous devenons en paix avec nous-mêmes.

6. Laissez aller vos attentes

Ceci est exactement la même chose que les deux points précédents, mais je trouve néanmoins important de le mentionner séparément. Il faut analyser vos attentes, que ce soit pour un nouveau projet ou le développement de votre entreprise, et vérifier si elles sont réalisables ou si elles sont responsables de votre stress et de vos déceptions. Nous causons nos propres douleurs et nous pouvons les soulager en lâchant prise sur nos attentes qui les causent. Jetez vos attentes dans l’océan.

7. Dire OK à l’inconfort

La peur de l’inconfort est énorme. Elle pousse les gens à demeurer coincés dans leurs vieilles habitudes, les empêches de ne pas démarrer leur entreprise, les piègent dans un travail qu’ils n’apprécient pas, tout ça parce que nous avons tendance à nous coller à ce que l’on connaît et qui est confortable plutôt que d’essayer quelque chose d’inconnu et d’inconfortable. Il est la raison pour laquelle beaucoup de gens ne mangent pas de légumes ou ne font pas d’exercice. Faire différemment les rends inquiets. Avec la pratique, il est possible de dire OK à l’inconfort. Débutez par des choses qui vous causent peu de malaise et continuez à élargir votre zone de confort.

8. Regardez votre résistance

La résistance se trouve là où vous ressentez un malaise, là où il est difficile de se débarrasser d’une mauvaise habitude. Pour vous rassurer, vous pouvez simplement regarder la résistance et démontrer de la curiosité envers elle. Surveillez votre résistance aux choses qui vous ennuient — un bruit fort qui interrompt votre concentration, par exemple. Le son n’est pas le problème, votre résistance à ce son est le problème. C’est aussi vrai lorsqu’on parle de la résistance à la nourriture : elle ne nous plaît pas, elle est trop froide ou trop chaude, elle nous donne faim. Le problème n’est pas la sensation de la nourriture, mais ce qu’elle provoque chez nous lorsqu’on y est confronté. Regardez la résistance et faites-la fondre.

9. Être curieux

Trop souvent, nous sommes arrêtés par nos opinions et nous pensons savoir comment les choses devraient être et comment les gens devraient agir. Au lieu de cela, soyez curieux. Découvrez. Expérimentez. Laissez tomber ce que vous pensez connaître. Lorsque vous démarrez un nouveau projet ou une entreprise, si vous vous ressentez la peur de l’échec, au lieu de penser Oh non! je vais tout droit vers un échec ou Oh non! je ne sais pas comment tout ça va se terminer, pensez différemment et dites-vous voyons voir. Et puis, il n’y a plus la peur de l’échec, mais le bonheur de la découverte et de la curiosité. Soyez en paix avec le fait de ne pas savoir.

10. Être reconnaissant

Nous nous plaignons de tout. Mais, en réalité, la vie est un miracle. Trouver les choses qui vous rendent reconnaissant. Soyez reconnaissant lorsque vous pratiquez une nouvelle façon de faire et que vous parvenez à maintenir longtemps votre nouvelle habitude. Soyez reconnaissant quand vous êtes avec quelqu’un qui vous rend heureux. La vie est incroyable si vous apprenez à en estimer la valeur.

11. Cessez de vouloir contrôler

Nous pensons souvent que nous contrôlons les choses, mais ce n’est qu’une illusion. Nos obsessions de l’organisation, des objectifs et de la productivité, par exemple, sont enracinées dans l’illusion que nous pouvons contrôler notre vie. Mais la vie, elle-même, est incontrôlable. Juste au moment où nous pensons avoir le contrôle, quelque chose d’inattendu vient détruire ce sentiment de contrôle. Inévitablement, nous sommes frustrés parce que les choses ne se passent pas comme prévu. Au lieu de cela, pratiquez le lâcher-prise et suivez le cours de la vie.

12. Soyez compatissant

Cela peut paraître banal, mais la compassion peut changer drastiquement la façon dont vous vous sentez sur une base quotidienne. La compassion envers vous-même peut également changer votre vie. Ces deux choses demandent un grand effort, sinon nos vieilles habitudes refont surface. Vous vous rappelez d’être compatissant et ensuite vous oubliez. Continuez.

La pratique

C’en fait beaucoup à digérer et à se rappeler, non? Il y a de l’espoir cependant. J’oublie souvent toutes ces choses, mais je finis par me rappeler et je me dis : Ah, je faisais encore cette erreur!.  Et, je poursuis l’exercice. Et j’oublie à nouveau.  J’apprends et je pratique encore. C’est le processus normal de l’apprentissage. On oublie, puis on se souvient…

Comments (0)

Laisser un commentaire

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE POUR DEVENIR CE QUE VOUS VOULEZ

VISITEZ MOI ULTIME!